Mort d'Antoinette Fouque, une "ambition historique de femme" | L'Humanité

Mort d'Antoinette Fouque, une "ambition historique de femme" | L'Humanité

En parallèle à à l'enseignement, Antoinette Fouque (Page humanite.fr, Antoinette Fouque) est critique littéraire pour 2 maisons d’édition et écrit des notes de lecture pour une 3e. Le groupe Psychanalyse et Politique, courant fondateur du Mouvement de libération des femmes, a été créé par cette femme militante. Antoinette Fouque s'est d'abord lancée dans l'enseignement après des études supérieures en Lettres.

Auteur et théoricienne

Antoinette Fouque ne se reconnait pas dans l'existentialisme défendu par Simone de Beauvoir. Au fil de 3 essais écrits entre la fin des années 80 et le début des années 2010, L'écrivaine explique la féminologie. La théoricienne utilise le nom "féminologie", dès lors qu'elle abhorre les noms en "-isme" qui renvoient à une théorie. La lutte d’Antoinette Fouque n'a rien à voir avec un activisme féminin sans concessions, elle défend son attachement au statut de mère.

Alliance des Femmes pour la Démocratie : son engagement en politique

Au sein de la commission des droits de la femme à Strasbourg, Antoinette Fouque est nommée vice-présidente. L’Alliance des Femmes pour la Démocratie se bat pour la parité. La militante se présente avec le MRG lors des élections au parlement européen. Elle siège à Strasbourg durant 5 ans. Plus que jamais active, l'AFD (Alliance des Femmes pour la Démocratie) fondée à l'initiative d'Antoinette Fouque soutient la gauche, qui relaie le combat des femmes.

Antoinette Fouque a de qui tenir dès lors que son père était un syndicaliste actif. C'est dans un quartier populaire de la cité phocéenne qu'elle passe une enfance sereine. Elle va conserver toute sa vie un solide ancrage politique à gauche de ses années passées dans un quartier populaire. Antoinette Fouque est née à Marseille.

Editrice et libraire

Sa maison d'édition donne l'opportunité à Antoinette Fouque de valoriser la force créatrice des femmes. Les lecteurs ont découvert de nombreuses écrivaines grâce à la société d’édition d’Antoinette Fouque, qui met en avant des centaines d'ouvrages consacrés à la création féminine. Elle fonde Les Editions des femmes au début des années soixante-dix. Les Librairies des femmes sont inaugurées à la même époque. Les ouvrages dont les auteurs sont des femmes sont proposés dans sa première librairie parisienne à Saint-Germain-des-Prés.